Home
News
History
Appeal
Version Francaise
Contalmaison Cairn
Enquiries and Contacts
Links

La Première Guerre Mondiale: Footballeurs écossais dans la Bataille de la Somme. Memorial à Contalmaison au ‘Bataillon de McCrae’.

En août 1914 la Grande Bretagne est allée faire la guerre contre l’Allemagne. Comme les jeunes hommes ardents s’assemblaient pour s’engager dans l’armée volontaire de Lord Kitchener, le football professionnel est devenu le but d’une campagne vitriolique d’abus dénué de fondement. Les footballeurs, selon les critiques, étaient des flanchards et des lâches, contents de se cacher à la maison tandis que de meilleurs hommes risquaient leur vie au front. Le jeu était sur le point d’être interdit par le gouvernement quand sa réputation a été sauvée par l’enrôlement de treize joueurs du club Heart of Midlothian (les ‘Hearts’) dans un nouveau bataillon lancé à Edimbourg (capitale écossaise) par le Lieutenant-Colonel Sir George McCrae.

La ‘sensation du football’ a capturé l’imagination du pays: le bataillon de McCrae (‘McCrae’s Battalion’ ou le 16ème Royal Scots) a été levé en temps record. L’exemple des hommes de Tynecastle a été suivi immediatement par environ 500 d’entre leurs supporters et abonnés – avec 150 adhérents de leur grande équipe rivale à Edimbourg, Hibernian (les ‘Hibs’). D’autres professionels se sont engagés comme volontaires, de Falkirk, Dunfermline et Raith Rovers. Au total, à peu près 75 clubs locaux (de tous les niveaux) ont été représentés – avec golfeurs, arpins, joueurs de rugby, de hockey et de boules et des athlètes de toutes sortes. Le bataillon est arrivé en France en 1916; le 1 juillet ils ont participé au jour infâme du déclenchement de la bataille de la Somme. Ils ont été choisis pour assaillir la partie la plus dangereuse de la position ennemie, un réseau effrayant de barbelés et de retranchements, hérissé de mitrailleuses. Néanmoins ils ont pris chaque objectif et ont réalisé la pénétration la plus profonde de la ligne allemande sur le front ce matin terrible. Au cours de l’assaut ils ont perdu trois quarts de leurs hommes. Après la guerre, les survivants du bataillon ont proposé la construction d’un mémorial sur le champ où leurs camarades avaient sacrifié leur vie. Ce projet s’est effondré par manque de fonds. Depuis lors, ils ont été complement oubliés.
 
L'alliance la plus 
ancienne en Europe
1295 - 1914

En novembre 2003 j’ai fini McCrae’s Battalion, une histoire définitive de cette unité merveilleuse. La recherche m’a pris douze ans où j’ai recherché plus de mille familles des volontaires originaux de Sir George. Le livre a été donc découpé d’une montagne indépendamment assemblée de lettres, de journaux intimes, de photographies et de souvenirs personnels. On me dit que cela représente maintenant les plus grandes archives simples du bataillon du monde de la Grande Guerre. Un élément de l’histoire que j’ai récupéré (dans une vieille boîte aux biscuits!) était le plan pour le mémorial abandonné: un cairn écossais haut de quatorze pieds dans le village reconstruit de Contalmaison, avec une grande plaque de bronze en relief, conçue pour enregistrer le sacrifice du bataillon pour des générations à venir.

Au moment où le livre était sur le point d’apparaître, j’ai été invité par Tom Purdie, directeur de sécurité de Heart of Midlothian F.C., à une réunion au stade de Tynecastle. Tom a signalé qu’un supporter, Jim Paris, avait visité les champs d’honneur et constaté qu’il n’y avait aucun mémorial aux joueurs de Hearts morts sur la Somme. Un petit comité venait d’être formé (indépendamment du club) pour explorer la possibilité de réparer cette omission, et il s’est demandé si je serais assez bon pour expliquer un peu le contexte historique. Donc, je suis allé soumettre Tom et ses camarades à une petite leçon d’histoire. Avant la séance levée, ils avaient abondonné leur projet d’un mémorial consacré aux jouers du club Hearts tombés en 1916 et s’étaient commis à la place à m’aider à accomplir le projet original de McCrae proposé par le bataillon en 1919.

La première chose que j’ai dû faire était d’élaborer des plans pour la plaque principale: Je n’avais aucune idée de ce que les vétérans allaient mettre dessus. Enfin, ma conception incorpore des images de la période: un insigne de chapeau de Royal Scots, les armoiries d’Edimbourg, le signe de damier de la 34ème Division, un portrait de Sir George. On a ajouté également deux plus petites ‘plaques secondaires - l’une aux joueurs et aux supporters de Heart of Midlothian, l’autre au 15ème Royal Scots, qui ont aussi servi à côté du bataillon ‘McCrae’s’ ce matin funeste. Celle-ci incorpore les armoiries de la ville d’Edimbourg et de Manchester: Le 15ème était unique dans l’armée de Kitchener parce qu’il se composait de volontaires de ces deux villes.

Nous avons décidé dès le début que les finances pour le projet devaient venir des familles du bataillon, des habitants d’Edimbourg, des membres du régiment, et des supporters des deux équipes Hearts et Hibs. Le financement par loterie a été considéré comme trop impersonnel. Ceci s’est avérée être une entreprise énorme. En fait, il nous a fallu plus de 70,000 livres sterling (presque 100,000 euros) – dont la plupart a été maintenant augmenté de divers dons, de dîners pour procurer des fonds, de collectes, et ainsi de suite. Parallèlement a cet effort, la construction du Cairn s’est montré moins difficile. Avec l’aimable assistance de Julian Hutchings d’Orleans (président de l’Alliance France-Ecosse) et de Bernard Sénéchal (maire de Contalmaison), j’ai obtenu le permis de construire des autorités françaises en cinq mois seulement; alors nous avons envoyé une équipe de maçons de Watson Stonecraft (de West Calder, près d’Edimbourg) avec un énorme camion articulé chargé de grès d’Elgin, de dalles de Caithness et d’autres matériaux. Vers la fin juillet, la phase structurale a été finie.

L’étape finale de la construction comportait l’installation des plaques une semaine seulement avant la cérémonie de dévoilement. L’an dernier, le 29 octobre j’ai voyagé en France dans le ferry de Rosyth avec Farquhar Ogilvie-Laing (propriétaire de la fonderie Black Isle Bronze de Nairn) et Alvin Scott (dont le grand-père a été tué en servant avec McCrae’s). Nous sommes arrivés à Contalmaison tard le samedi après-midi; Au crépuscule, avec le soleil couchant au-dessus des champs où le bataillon s’était abrité des mitrailleuses de la tranchée Quadrilaterel, nous avons monté la plaque principale et on a percé les trous pour les trois autres plaques. Dimanche matin aucun de ces trous ne semblait être dans le bon endroit. Notre perceuse était cassé alors et j’ai dû en emprunter un à Jean-Luc, maire adjoint du village. Le voyage de retour sur le ferry a été réservé pour ce même soir. Nous sommes arrivés de justesse à Zeebrugge.

Après être retourné à Edimbourg le lundi apres-midi, je suis reparti pour la Somme deux jours plus tard afin de préparer les voies pour la partie principale, qui devait me rejoindre le vendredi. Ils sont arrivés dans deux grands cars et ils ont été logés dans cinq hôtels dans ou près d’Albert. Le Quartier General était situé chez les de la Paix, où Isabelle et sa famille nous ont entourés de soins. Nous avons eu les meilleurs lits, la meilleure cuisine et (de loin) la meilleure mousse au chocolat. Un sixième ‘siege social’ – la Picardie Royale – a été remplie par les voyageurs indépendants: la demande des chambres était si grande que beaucoup ont dû chercher du logement à Amiens et Arras.

On a passé vendredi après-midi dans les galeries du musée souterrain d’Albert. Samedi matin nous avons fait une excursion en car aux champs de bataille – commençant par le parc de Newfoundland et le Monument à la 51ème (Highland) Division à Beaumont Hamel. Ensuite nous sommes allés à Thiepval, où le monument colossal de Sir Edward Lutyens inclut les noms de beaucoup de membres des deux bataillons d’Edimbourg. Après le déjeuner dans Le Poppy nous avons visité la Grand Mine près de La Boisselle, suivi d’une visite dégrisante au cimetière de Gordon Dump.  Pour la plupart des ‘pèlerins’ – y compris notre propre général de brigade – c’était la première fois qu’ils avaient mis pied dans un cimetière de la Grande Guerre. Pendant que j’indiquais les jeunes hommes du 16ème et 15ème Royal Scots, mes compagnons sont devenus perceptiblement silencieux.

Pendant que le reste de la partie se faisait transporter en car à Rancourt pour notre soirée de ‘ceilidh’, je suis resté tout seul afin d’accomplir des préparations pour le lendemain. Vers dix heures je n’avais toujours rien fait au sujet des drapeaux Saltires et des drapeaux Union que nous avions apportés pour le dévoilement. Ceux-ci devaient être attachés au cairn, couvrant les plaques, avant l’arrivée de la foule à Contalmaison à neuf heures du matin. D’ailleurs, deux des drapeaux devaient être attachés afin de cacher entièrement la plaque principale. J’ai découvert que j’avais oublié d’apporter les épingles nécéssaires, et la seule option disponible qui me restait ce samedi soir à Albert – était de visiter chacun des pubs de la ville à la recherche d’une agrafeuse. Pour témoigner de la chaleur des habitants de la ville (pour ne pas mentioner la bonne volonté que nous avons accumulée), personne – pas même les pochards amicaux – ne s’est moqué de moi. On ne m’a offert que sympathie et amitié: par la suite, vers minuit, l’outil recherché s’est matérialisé dans le Kingston Bar. (Merci beaucoup, Christine!). A six heures du matin je me suis trouvé dans la mairie de Contalmaison, agrafant ensemble deux grands drapeaux avec l’aide du maire Bernard. Bernard m’a alors laissé seul pour les fixer au Cairn moi-même. C’était un moment étrange: pendant que les coqs chantaient et l’aube perçait la brûme, je croyais entendre le vieux bataillon se réunir pour la cérémonie. Je suis retourné à l’hôtel de la paix pour trouver les pèlerins en train d’avaler leur café et croissants. Ils avaient envie de se mettre en route tout de suite.

J’avais décidé d’arrêter notre autocar au cimetière allemand, au nord de Fricourt. Nous avons debarqué là. Si les champs avaient été secs, nous aurions essayé d’avancer sur Contalmaison suivant la ligne d’approche original de 1916. Cependant, le matin était humide et couvert, ainsi nous nous sommes tenus à la chaussee pour faire les trois kilomètres qui restaient au village. Nous avons été menés par des joueurs de cornemuse Kenny McBride de Lothian et Borders police et Alan McIntyre du Royal Scots. Kenny était là pour commémorer Pipe-Sergeant David Anderson du 15ème Bataillon, qui a mené la 101eme Brigade dans l’avance il y a 89 ans. Le Capitaine Gary Tait de l’équipe recruteuse régimentaire du Royal Scots, marchait à l’arriere avec le drapeau du 16ème Batallion, qui était sur la Somme ce jour–là, d’apres les informations reçues la seule couleur portée en campagne pendant la guerre. Le groupe suivant comprenait des descendants de bien des hommes qui ont combattu et qui sont morts avec McCrae’s aux approches du village en 1916. Une foule de presque 500 attendait. Le Cairn tendu de drapeaux, paraissait magnifique.

Le service dédicatoire a commencé à onze heures – mené par le Révérend Fiona Douglas, aumônier de l’Université de Dundee, dont le grand-père a servi sous McCrae. Le dévoilement a été exécuté par des petits-fils de Sir George – George McCrae et Kenneth Hall; George était venu du Canada de l’ouest afin d’y mettre du sien, le Général de Brigade Mark Strudwick, colonel du Royal Scots, a prononcé le discours principal et il y avait des lectures de Gary Tait, Alan Owenson et Bernard Sénéchal. Les principales gerbes ont été déposés par des familles du bataillon, suivies d’hommages (entre autres) du comite commémoratif de la Grande Guerre, de Heart de Midlothian F.C., de Hibernian F.C., du conseil municipal d’Edimbourg et du gouvernement écossais. Julian Hutchings, a déposé une gerbe avec sa fille, Charlotte, et son petit Scottish terrier (terrier griffon), Stuart. Stuart était la au nom de ‘Jock’ – le danois – la grande mascotte du bataillon, qui est mort pres du village en 1916. Sans Julian, le week-end n’aurait jamais été organisé à temps. Il mérite une medaille pour ses efforts.
 
Maire Bernard Senéchal de Contalmison paye ses respects au nouveau mémorial
(Posés derrière lui sont George McCrae et Kenneth Hall, petits-fils du colonel)

Sir George McCrae a apporté sa petite contribution aussi: au moment même du dévoilement, les nuages ont séparé pour indiquer un rectangle de ciel bleu. Quelque part, haut dans les airs, deux sillons de vapeur blanche se sont bissectés pour créer un saltire parfait.

C’était une occasion profondément émouvant, caractérisée par un sens merveilleux de camaraderie – incarné par les deux représentants officiels de Hibs qui poussaient gaiement la nièce (âgée de 90 ans) d’un ancien combattant décédé joueur de Hearts pendant 3 kilomètres, en montant la côte, dans un fauteuil roulant emprunter. Les Australiens avaient l’habitude de l’appeler ‘mateship’ et c’est ce qui rendait les tranchées supportables. C’etait un week-end de plaisanterie, d’amitié et de réussite. Nous avons réussi à créer un des plus beaux mémoriaux de bataillon du ‘Western Front’ entier: tous ceux qui s’intéressent à la Premiere Guerre Mondiale parlent maintenant de nous avec admiration. D’ailleurs, la totalité de la 34ème Division obtient finalement la reconnaissance qu’elle a toujours méritée pour sa ténacité étonnante le premier jour de la Somme. Contalmaison était inaccessible, mais ils l’ont atteint. Les bataillons de la division avaient raison de croire qu’ils étaient les meilleurs.
 

Les approches à Contalmaison: les champs où le bataillon est tombé.  Le nouveau mémorial est situé juste à la droite de l'église.

Les habitants d’Albert, La Boisselle et Contalmaison, nous aiment bien, paraît-il. Nous avons l’intention de retourner au village chaque année 1 juillet afin de garder vivant le souvenir de McCrae’s. Nous assisterons à la cérémonie à Lochnagar (la ‘Grande Mine’) et puis nous marcherons jusqu’au Cairn. Un jour, nous espérons qu’Albert, La Boisselle et Contalmaison deviendront des noms familiers à tous les Ecossais et que toute l’Ecosse partagera notre fierté dans les exploits et le sacrifice de ce bataillon unique. Après tout, les champs autour de La Boisselle et Contalmaison sont comme un petit coin de l’Ecosse dans un pays pas si étranger.

Celui qui voudrait se joindre à nous sera le bienvenu.
 

Jack Alexander, auteur McCrae’s Battalion, avril 2005.
[Home] - [News]  - [History] - [Appeal] - [Version Francaise] - [Contalmaison] - [Enquiries and Contacts] - [Links]
Web site design, hosting and promotion by Like You Do web services, Edinburgh, Scotland
Images courtesy of Jack Alexander / McCrae's Battalion Archive